Thème abordée par Anne-Leila MEISTERTZHEIM :

La pollution plastique des mers et des océans, si nous avions la solution dans nos mains ?

 

Anne-Leila MEISTERTZHEIM :
docteur en biologie marine, toxicologue, Présidente de la société Plastic@Sea , coordonne plusieurs projets sur l’étude de la biodégradabilité et la toxicité des plastiques en mer, mais aussi des actions avec des fondations et ONGs (TARA Expéditions, Odyssée Race For Water, Expédition 7éme continent).  Elle a mené plusieurs actions avec le ministère de la transition écologique.

Notre conférencière nous délivre une note d‘espoir en se déclarant « ni pessimiste, ni fataliste ».
Elle nous dresse le bilan de la situation actuelle, l’origine de cette pollution, ce qui risque de se produire si nous ne faisons rien, également les conséquences pour la flore, la faune marine et les humains.

Les laboratoires de recherches, comme ceux de l’institut d’océanologie qui travaillent sur ces thématiques sont confrontés à une grande complexité car il n’y a pas un plastique mais des plastiques…

Qu’en est-il du nettoyage des mers et océans ? Si l’idée des bateaux nettoyeurs, semble séduisante, elle n’y suffira pas, la réduction des flux des déchets plastiques s’avère la mesure la plus adaptée, le meilleur déchet étant celui que l’on ne produit pas.

Une solution qui semble se dessiner : à l’observation, les micro particules sont colonisées par des bactéries qui auraient une action de dégradation. A l’instar de ce qui se fait dans les biotechnologies, l’idée serait d’utiliser ces bactéries comme des usines biologiques pour produire des molécules de substitution et des enzymes capables de s’attaquer au plastique. Même si nous en sommes au stade du balbutiement cela semble prometteur.

Après une approche technique et scientifique liée à son expertise de Biologiste, Anne-Leila MEISTERZHEIM PDG de la société Plastic@sea nous explique les solutions que cette dernière peut apporter pour remédier au problème : fournir une expertise scientifique aux entreprises pour évaluer l’impact écologique de leurs produits plastiques et trouver des solutions respectueuses de l’environnement.

Pour conclure, partant du constat que 80% des déchets plastiques qui se retrouvent en mer via les fleuves sont d’origine terrestre, notre conférencière nous exhorte à devenir « des héros de l’environnement », en modifiant nos comportements, en réduisant les plastiques à usage unique, les emballages, donc en agissant en amont ….

pour retrouver l’intégralité de la vidéoconférence :

clic ici

proposé par Jean Marchal

septembre, 2021

X
X
X